Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 18:04

Le carnaval de Guadeloupe égayent les rues de l'île durant environs 2 mois. Il commence le premier week-end de janvier, le dimanche de l'épiphanie, et se termine le mercredi des cendres, il y a quelques jours. Durant ces deux mois, le rythme de l'île se modifie en fonction des défilés. Chaque ville possède ses propres groupes, qui travaillent sur leurs chorégraphies et costumes tout au long de l'année. L'un des moments fort du carnaval se déroule lors du mardi gras.

 

Pour l'occasion, je me suis rendu à Basse Terre. A peine arrivée, le premier groupe se prépare et attend le signal du départ.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0036-2_zps12bdc032.jpg

 

Le temps de prendre quelques cliché, la musique est lancée et la marche débute. Le cortège fait une halte sur la place de la mairie, je ne le suivrais pas plus loin et décide de rester à cet endroit pour observer les autres groupes qui défileront bien après le coucher du soleil. En restant environ 2h sur place, j'ai assisté à la parade d'une vingtaines de groupes sur un fond de musique entrainant.

 

Des costumes verts, rouges, jaunes, noirs, violets... un véritable arc -en-ciel, une grande diversité, tant dans la musique que dans les maquillages. Certains sophistiqués, d'autres plus modestes, mais toujours accompagnés de visages souriants. Des adultes, des enfants... tout le monde prends part à l'évènement.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0075-2_zpsf1e46015.jpg

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0073-2_zps9be00aaa.jpg

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0208_zps0b222be3.jpg

Entre chaque groupe, souvent, un one man show qui amuse le public à coup de parodies et de mimiques dignent des meilleurs chauffeurs de salles.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0143_zps40fba354.jpg

 

Cliquer ici et ici pour voir les autres images du Carnaval.

 

 

© Nelly Massoud

Partager cet article
Repost0
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 16:38

Je me suis rendue compte il y a quelques jours que j'ai photographié et écrit plusieurs articles sur Malendure (que vous retrouverez ici, ici et , et encore ici!). Pourtant, je ne vous ai pas encore parlé de la petite plage de Malendure, appelée localement Ti Malendure.

A quelques minutes à pieds ou à palmes de la grande plage, on peut également y observer des tortues, mais aussi et surtout une large biodiversité sous-marine, tant en matière de faune que de flore sub-aquatique.

 

Dès que l'on se rapproche des cailloux (baptisés localement « la caye »), on s'aperçoit que ces derniers sont largement colonisés de coraux de toutes sortes. Les éponges sont également bien présentes, et c'est sur l'une d'elles que j'ai observé ce vert de feu se déplaçant nonchalamment. Attention : on regarde mais on ne touche pas : le duvet blanc qui paraît si doux au toucher est extrêmement piquant !

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0212_2_zpsd51fe672.jpg

 

Lors de mes pérégrinations sous-marines sur le site, j'ai dénichée cette araignée, protégée par les tentacules d'une belle et imposante anémone verte.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0381_zpsac73a94e.jpg

 

Ce que j’apprécie depuis peu sous les eaux de Ti Malendure, c'est la forte probabilité d'observer ce charmant petit coquillage, qui se nourrit et se reproduit le long des gorgones.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0395_zps90a99ecb.jpg

 

Baptisé monnaie caraïbe, cet animal servait autrefois de monnaie d'échange. Les motifs de couleur orangée cerclés de noir constituent le manteau du mollusque qui le recouvre lorsque ce dernier est en activité. Une petite caresse sur le dos suffit pour que la monnaie caraïbe décide de rentrer se protéger dans sa coquille.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0403_2_zps9a723879.jpg

 

© Nelly Massoud

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2013 6 19 /01 /janvier /2013 20:17

La nuit, tous les chats sont gris... pour ce qui est des poissons, c'est une toute autre affaire ! Lorsque nous dormons, l'océan se réveille, et y'a de la vie en-dessous !

 

Les cigales de mer vont au bal masqué.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0006.jpg

 

Les araignées en profitent pour dîner.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0087.jpg

 

Il en va de même pour les coraux. De nombreux petits organismes (poissons ? Plancton?) sont attirés par la lumière tels les insectes terrestres. En approchant les lampes torches des coraux, ces derniers, polypes grands ouverts, sont prêt à accueillir la nourriture et s'ouvrent et se referment au rythme de leurs repas.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0058-2.jpg

 

Les langoustes en profitent pour sortir de leurs cachettes.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0106.jpg

 

La plupart des poissons dorment. Exception faite de ce poisson vache qui ne s'est pas laissé impressionné par mes flashs.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0061-2.jpg

 

Le cas s'avère particulier en ce qui concerne les perroquets. Ces poissons n'aiment pas être dérangés durant la nuit... Il y a tout de même certaines espèces qui profitent de l'obscurité pour dormir ...

Afin de ne pas se laisser perturber, ils secrètent du mucus qui, en s’étalant, les enferme dans une bulle. Un petit cocon qui paraît bien confortable !

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0030.jpg

 

Ce que l'on croise beaucoup, sous l'eau, la nuit, ce sont aussi les gorgonocéphales. Vous connaissez ? Et bien moi non plus jusqu'à cette plongée. De la famille des étoiles de mer, son envergure peut être impressionnante (jusqu'à 60 cm). Cet animal déploie ces bras face au courant pour retenir les micro-organismes en suspension. Un véritable défilé.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0016-2.jpg

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0049.jpg

 

© Nelly Massoud

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2013 5 18 /01 /janvier /2013 12:11

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0088_2.jpg

 

 

Comme vous le lirez tout aussi bien sur cette page : http://greec.free.fr/diaporama/franjack/franjack.htm , le Franjack était un cargo sablier qui fût coulé en 96, spécialement pour créer aux plongeurs de Bouillante un récif artificiel.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0168_2.jpg

 

Posé à 24 m de profondeur sur un fond sablonneux, il est relativement bien conservé. Les éponges et autres coraux mous l'ont largement colonisé.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0016.jpg

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0034.jpg

 

Ma deuxième épave. La première avec une aussi belle visibilité. Mon petit doigt me dit que ce ne sera pas la dernière...

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0059.jpg

 

 

© Nelly Massoud

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2013 4 10 /01 /janvier /2013 16:37

Depuis le temps que je vous parle de Malendure, de ses tortues, des poissons et autres crustacés que l'on peut découvrir au niveau du mouillage des bateaux, je me dis que, pour ceux qui n’apprécient pas forcément les fonds marins (quel dommage!), une vue au-dessus du niveau de la mer donne un aperçu de ce que la Basse Terre de Guadeloupe offre en terme de plage...

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0355_zps53802d6d.jpg

 

La plage de Malendure est plutôt calme, contrairement à d'autres, ventées et houleuses, celle-ci ne fera pas le bonheur des surfeurs mais obtiendra l’approbation des familles avec enfants pour le calme de ses vaguelettes, celle des plongeurs pour la proximité de la Réserve Cousteau, celle des romantiques pour son coucher de soleil, et enfin, celle des fêtards pour les soirées percussions en live du dimanche soir. Les dames d'un certain age préfèrent quand à elles le rendez-vous du samedi matin, aquagym oblige !

La plage de Malendure côté mer, ce sont les ilets Pigeons et le coucher de soleil.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0438_zpsb9ef8b8d.jpg

 

Durant les fêtes de fin d'année, quelques imposants voiliers avaient élus domicile dans la baie.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0391_zps1553ec11.jpg

 

Ils sont repartis depuis, laissant la place à d'autres embarcations plus modeste.

Malendure côté terre, ce sont quelques boutiques souvenirs, restaurants et snack éparpillés sur la plage, les club de plongée alignés au bord de l'eau,

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0375_zps956a378c.jpg

 

et le ballet des bateaux qui s’arriment au ponton.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0417_zpsc38bfc16.jpg

 

© Nelly Massoud

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 19:30

Le soleil se couche tous les soirs à l'horizon, et il est rare que je ne profite pas du spectacle. Celui d'hier soir était particulièrement beau. L'astre éclairant le ciel de ces derniers rayons, une bande plus claire dépourvue de nuages, les voitures empruntant la route juste en bas du jardin et la lumière du lampadaire dans le dos m'ont donnés cette idée.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0271_zps331854c0.jpg

 

Me voilà donc ce matin, m'amusant à retoucher différemment une photo... peut-être vous prendrez-vous au jeu, peut-être pas, mais je vous garantis que les 7 erreurs sont bien là ! Modifications de couleurs, petites suppressions et ajouts de détails, clin d'oeil à cette époque de l'année vous donneront-ils du fil à retordre pour les retrouver ?

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0303-1_zps757ae88b.jpg

 

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0303bis_zps6408656a.jpg

 

Alors? Trouvées?

 

Sinon, il faut aller voir en bas de la page....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Certain de vouloir voir les réponses?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/re3010ponse_zpsc7613b32.jpg

 

 

 

© Nelly Massoud

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 15:08

Rien que dans le nom de ce spot de plongée fait rêver... Comme dans de nombreux endroit appréciés des plongeurs, autour des ilets Pigeons, un site d'exploration fût baptisé le Jardin de Corail.

 

La plongée commence doucement, à 12 mètres de profondeurs, ou fût immergé en l'honneur du Commandant Cousteau un buste à son effigie. Bien que la statue soit aujourd'hui dépourvue de sa main et (point de vue personnel mais partagé localement!) de charmes (!), elle annonce le début d'une belle plongée.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0012_zpsa8da5f54.jpg

 

Le courant est assez présent. Rien à voir avec quelques plongées dérivantes que j'ai pu faire en Polynésie, mais suffisamment pour que les carangues se regroupent en un large banc, comprenant une centaine d'individus. Comme je l'avais précédemment expliqué, je profite des plongées Guadeloupéennes pour m'exercer à la prise du vue macro... j'avoue avoir regretté mon fidèle fis-eyes durant cet instant...

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0004_zps4b7e9bf7.jpg

 

Sachant que je suis limitée par les 40 mm de mon objectif macro, je laisse, à contrecoeur, passer le banc de carangues à la recherche de sujets plus adaptés à mon matériel. De belles langoustes jouent à cache-cache en-dessous des rochers. Elles ne le savent pas, et sont protégées de la chasse car le Jardin de Corail fait partie de la réserve naturelle (et donc protégée, interdite à la chasse en apnée), mais elles constituent un met de choix dans les assiettes festives de fin d'année.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0014-4_zps4bcf37cc.jpg

 

Un peu plus loin, une araignée qui profite des pics de son oursin pour se protéger.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0058-3_zpseeeb7eed.jpg

 

Un majestueux poisson lion pense passer inaperçu sous le corail. Comme il est courant pour la faune et la flore en général, et subaquatique en particulier, plus c'est beau, plus c'est dangeureux... Ces rascasses volantes sont devenues un véritable problème écologique dans les Caraïbes, comme le raconte un article dans le Subaqua de cette fin d'année :

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0061_2_zps904e808e.jpg

 

«  Suite à un ouragan en 1992, un aquarium de Floride aurait laissé s'échapper quelques rascasses volantes. Ces dernières ont proliféré et envahi progressivement la côte est des USA puis la zone sud-ouest des Caraïbes, avec une explosion démographique depuis 2007. Leur appétit de carnassier et leur adaptation en milieu corallien leur ont permis, au Caraïbes, de coloniser fortement les récifs des Bahamas, puis d'apparaïtre aux Turks & Caïcos, à Cuba, et dans le golf du Mexique. Cette espèce (…) est vorace et très prolifique : une femelle pond jusqu'à un million d'oeufs par an, et peut se reproduire tous les 4 jours. Le poisson lion ne connaît quasi pas de prédateurs, rendant leur éradication délicate. Un problème écologique majeur ».

 

© Nelly Massoud

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 14:58

La plage de Malendure a officiellement déclarée ouverte la haute saison touristique. La place de parking qui nous manquait le dimanche est désormais obsolète, à moins de s'y rendre avant 9h du matin. Volley, foot et raquettes en tout genre ont prit possession de la plage, mais, bien que cela nuit à la tranquillité au-dessus de l'eau, en-dessous, les poissons continuent leurs petits trains trains quotidiens.

 

Les balistes, curieux et protecteurs de leurs nids viennent à la rencontre de mon objectif en espérant que je ne sois pas un prédateurs.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0191_zps85b8e6ed.jpg

 

Les petits chipirons squattent les coques des bateaux pour s'abriter du soleil,

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0228_zps43b6ce0e.jpg

 

et les poissons lions, assez stoïques pour la plupart, continuent à se déployer, magnifiques (et toxiques).

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0239_zps56c175a8.jpg

 

 

© Nelly Massoud

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 18:00

Pour ma première plongée en Guadeloupe, j'ai préféré tâter le terrain, essayer ma combi et inspirer à l'aide du détendeur sans avoir les mains liées et le cerveau focalisé sur le déclencheur de mon appareil photo. Durant cette plongée, j'ai découvert le site du Jardin Japonais et ses crabes, ses crevettes, ses gorgones...

Pour ma seconde plongée en Guadeloupe, qui s'est déroulée sur le site de l'Aquarium, j'ai voulu les photographier.

Pour cela, et pour la première fois, j'ai testé mon objectif macro (40 mm pour les curieux/connaisseurs) en plongée bouteille. La faune et la flore Guadeloupéennes, je l'ai déjà dis, sont bien différentes que celles que j'ai eu l'occasion de contempler dans le triangle Polynésien.

Les poissons, que je classerais facilement dans la famille des « camera shy » (pardonnez l'expression en anglais, mais ça sonne tellement mieux que « qui ne se laissent pas prendre en photo facilement!), ce n'est pas tout à fait la même pour ce qui est des petites pépites que l'on peut observer lorsque l'on a un peu de chance et suffisamment de patience pour les dénicher. Et, curieusement, bien que petits, ces derniers ne se laissent pas impressionner par l'objectif et les flash, braqués à peine à quelques centimètres d'eux.

Bon, les crabes n'en raffolent pas, et ils aiment jouer à cache-cache. Je les classerais donc également dans la famille des « camera shy ». A ce que j'ai cru comprendre, ils profitent même de quelques larges éponges pour élire domicile, comme cette araignée.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0196-2.jpg

 

Mais les crevettes, elles, n'ont pas froid aux yeux.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0158-1.jpg

 

Dans le genre, les oursins seraient plutôt dans la famille des statues, plutôt pratique à photographier puisqu'ils ne bougent quasiment pas, le chalenge sera donc de les rendre photogéniques !

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0147-1.jpg

 

 

La palme d'or revient à mon avis aux vers. Et oui, il faut me croire quand je dis que sous l'eau, tout est plus beau ! Un ver sur terre, c'est pas vraiment le sujet de rêve pour un photographe (mis à part spécialisé, je ne veux froisser personne!). Sous l'eau, les vers sont colorés, nombreux et ne se recroquevillent que lorsqu'on les approche vraiment près.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0126-1.jpg

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0131-2.jpg

 

Ondulant au grès du courant, les cheveux au vent, je les trouve beaux et changeants, parfaits modèles pour continuer mes pérégrinations en photo sous-marine dans l'univers des touts petits !

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0153-2.jpg

 

© Nelly Massoud

Partager cet article
Repost0
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 17:54

Saurez-vous reconnaître ces aliments ?

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0462.jpg

 

Pour les faciles : concombres, oignons, tomates, haricots, bananes.

Pour les épicés : gousses de vanille et piments.

Pour les alcooliques : rhum arrangés acerola (cerises pays) et coco + grenadine. Bien sucré le dernier, mais pas mauvais!

Pour les gourmand(e)s : noix de coco et bâton de cacao.

Pour les exotiques, et donc, plus difficiles : corossol et perroquet (le poisson, hein, pas l'oiseau!).

 

Et avec tout (ou partie) de ça, on s'est fait... une salade tahitienne (à croire que la Polynésie nous poursuit, ce qui n'est pas pour nous déplaire!). Et on l'a savourée cette salade, parce qu'en plus du tour au marché, très tôt, le samedi matin, à une demi heure de route de la maison (direction la commune de Basse Terre), elle aura demandée une bonne huile de coude ! Et d'olive aussi.

Oui oui, on aurait pu acheter du lait de coco tout fait, et on aurait aussi pu demander au poissonnier de nous écailler et de vider le perroquet. On aurait pu, mais on l'a pas fait. Pour le poisson, vous imaginez assez bien le tout, et on regrette. Mais pour la coco, c'est un peu moins évident.

Il faut ouvrir la noix. Et oui, c'est déjà pas si facile que ça, et ce n'est que la première étape ! Une fois ouverte, il faut couper des morceaux de coco, pour ensuite les râper. Super rapide avec un rappeur électrique. Sauf qu'on n'en a pas. Et qu'elle à la peau dure la coco(tte) ! Donc il faut rapper la coco. Ensuite, on place les miettes dans un torchon propre (ou à défaut d'en avoir un, un t-shirt qu'on est sur de ne plus jamais vouloir remettre peut faire l'affaire!), et ensuite presser, presser et presser, jusqu'à ce que tout le lait en soit extrait.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0481.jpg

 

Une fois le poisson cru coupé en petits morceaux, on rajoute tomates, carottes, concombre, oignon, et jus de citron en plus du lait laborieusement élaboré, et on laisse macérer. On aurait pu acheter du lait de coco déjà tout préparé. On aurait pu, mais on l'a pas fait. Et au final, on n'a pas regretté, on s'est régalé !

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0495.jpg

 

Bon appétit !

 

© Nelly Massoud

Partager cet article
Repost0