Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 20:57

 

Comme vous avez pu le lire précédemment (ici), nous étions déjà allés à l'Anse Dupuy avec des amis. Ces derniers y avaient découvert un spot de PMT (palmes/masque/tuba) fort sympathique.

 

J'avoue. Au départ, j'étais peu convaincue. Nous laissons « les hommes » y aller en premier mais voilà qu'à peine à une vingtaines de mètres de la côte, ces derniers nous font de grands signes. Le temps de chausser les palmes, de cracher dans mon masque (oui, oui ! Pour les non-connaisseurs, ça évite la buée, tuyau supplémentaire : si vous achetez un masque, recouvrez les verres face interne avec du dentifrice, c'est radical, et indispensable pour parer à la buée !) et me voilà à l'eau.

 

Dans les premiers mètres, j'aperçois une murène, des petits crabes. Le fond est surtout parsemé de grosses roches volcaniques colonisées par quelques gorgones et autres coraux.

 

Tout d'un coup, une masse sombre, quelques points qui brillent, véritables étincelles dans un océan bleu.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0141-2_zpsdb7e8b5d.jpg

 

Il faut se rapprocher pour en avoir le cœur net. C'est bien ça. Une énorme boule de poisson. Des sardines, par milliers, par millions. Je vois les premières, proches, qui fuient à mon arrivée. Les suivantes, un peu plus loin, suivent le mouvement. Il y en a encore après, et après... on ne voit plus que ça !

C'est décidé, nous reviendrons. Avec tout l'équipement qu'il se doit !

 

Et nous voilà un mois plus tard, bouteilles sur le dos, appareil photo près à déclencher. Mais les sardines ne sont plus là. Nous remontons à la surface histoire de partager notre désarrois, et cela nous permet d'apercevoir, un peu plus sur la droite, à une centaine de mètres de là où nous recherchons avidement ce fameux banc de poissons, un pélican piquant du bec dans l'eau afin de chasser... C'est par là bas que ça se passe. 

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0513_zpsd0e1ea7e.jpg

 

On palme à la surface, le bloc sur le dos, et au moment opportun, nous entamons tranquillement la descente. Les sardines se situent entre 3 et 7 mètres de la surface, et nous ne descendrons pas plus profondément.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0508_zps18bc987f.jpg

 

Le banc se forme et se déforme au rythme de ses éventuels prédateurs. Et des prédateurs, il y en a ! Entre les pêcheurs, les barracudas et les pélicans qui plongent pour se ravitailler... les sardines s'affolent et se protègent en modifiant leurs trajectoires, de manière très organisée.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0504_zps789c2bda.jpg

 

 

En tant que plongeurs, photographes qui plus est, nous ne sommes pas des prédateurs... mais les sardines ne le savent pas, et les bulles produites par nos respirations les affolent. Un peu de patience, un peu d'apnée (statique, hein, sinon interdit en plongée bouteille!), les bulles disparaissent et les sardines se rapprochent, nous ignorant royalement, pour notre plus grand bonheur !

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0476_zps1be10feb.jpg

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/IMG_2982_zps853807de.jpg

 

 

On reprend souvent la citation du philosophe chinois Confucius : «  Une image vaut mille mots »... La vidéo fût inventée plus de 2000 ans plus tard, mais que vaut une image lorsqu'on peut en avoir 24 par seconde, pendant un peu moins d'une minute ?

 

 

 


 
Va falloir que je me mette au montage moi!

 

 

 

Je réitère mes remerciements à Fred de PPK Plongée à Malendure pour nous avoir permis de réaliser ses clichés en nous fournissant le matériel de plongée !

 

© Nelly Massoud

Partager cet article
Repost0

commentaires