Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 20:59

Mais attention petits crabes, les prédateurs rodent et les murènes aussi sont bien moins timides la nuit.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0044-2_zps1a07baec.jpg

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0055_zpsc0554e16.jpg

 

Et, même si le "tout petit" s'épanouit dans  le monde de la nuit,

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0993_zpsab2e3794.jpg

 

Il faut aussi savoir regarder vers les étoiles pour apercevoir le maquillage du calamar...

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0224_zpsce837e72.jpg

 

… ou pour croiser la route d'un tarpon (sacrée bestiole!).

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0375-2_zps89584a57.jpg

 

Dans l'obscurité de la Caye 1/2 c'est ici!

 

© Nelly Massoud

Partager cet article
Repost0
27 avril 2013 6 27 /04 /avril /2013 20:17

Plus d'un mois que je n'ai rien publié sur le blog. C'était le temps qu'il fallait pour emmagasiner un maximum de clichés, de souvenirs. Le temps pour profiter le plus possible des derniers moments en Guadeloupe, de découvrir la Dominique au cour d'une escapade, et de revenir écrire les souvenirs ensoleillés durant une journée d'avril enneigée (et oui !).

 

Alors pour me remettre dans le bain, au sens propre comme au figuré, je vais vous rmontrer deux de mes dernières plongées en Guadeloupe. Plongées de nuit, sur la « Caye », juste en-dessous du rocher de Malendure.

 

Alors que la plupart des poissons s'activent la journée et se cherchent un endroit abrité où passer la nuit en sécurité, les poissons coffres vadrouillent endormis, en véritables somnambules attirés par la lumière de mes flashs.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0008-3_zpsd838cfd1.jpg

 

Quand il fait nuit, les oursins se déplacent, sortent de leurs cailloux afin de se ravitailler. Les petits crabes qu'ils protègent de leurs épines en font de même.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0314-2_zps68257308.jpg

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0292_zpsdc6c58d6.jpg


Certains cherchent à se nourrir...

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0987_zps79b296f8.jpg

 

...lorsque d'autres cherchent à se reproduire.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0258_zps3730a513.jpg

 

 

Cliquez ici pour la suite !

 

© Nelly Massoud

Partager cet article
Repost0
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 15:01

Nombreuses sont les rivières en Guadeloupe. L'eau coule depuis les massifs montagneux et volcaniques de la Basse-Terre pour se jeter dans la mer des Caraïbes. L'une d'entre-elle se fait appeler la rivière rouge. On y accède à partir de Matouba. Quelques minutes de marche dans un décor digne de Tim Burton : arbres, racines, fougères... une végétation dense au sein de laquelle les rayons du soleil arrivent tout de même à se frayer un chemin.

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0145-7_zps98f935a4.jpg

 

Quelques sentiers filent vers la droite. Il faut se fier à son intuition, car en-dessous, une rivière coule paisiblement. Le bruit s'amplifie, c'est une cascade qui s'accompagne d'un bassin propice à la baignade. Ca tombe bien, c'était le but de la promenade !

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0072-2_zps19f1028b.jpg

 

Au bout d'un moment, l'eau étant fraiche et la lumière s'amoindrissant, nous regagnons la voiture. C'est en fin d'après-midi, éclairée par la lumière rasante du soleil qui se couche, que je découvre le sommet de la Soufrière et les massifs l'avoisinant. Le ciel est dégagé, ça donne envie d'y aller... La « Vieille Dame », comme se fait surnommer le volcan, se dévoile majestueuse et imposante vue d'en-bas.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0158-2_zps00759d75.jpg

 

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0170_zps280c128e.jpg

 

Et ça donne quoi vu d'en-haut ? Cliquer ici pour le découvrir.

 

© Nelly Massoud

Partager cet article
Repost0
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 14:56

Une fois que le sommet est atteint, qu'on se balade sur les petits sentiers qui permettent de faire le tour des pitons et des entailles, on se rend compte qu'on n'est pas monté sur n'importe quelle montagne ! La Soufrière est un volcan actif relativement récent : 100 000 ans, c'est jeune pour un volcan. La Découverte, comme vous pouvez le lire sur le panneau, culmine à 1467m d'altitude. C'est le plus haut sommet de la Guadeloupe, bien entendu, mais c'est également le point culminant de toutes les Petites Antilles.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0696_zps2c4d8f1a.jpg

Durant l'ascension, on se demande si la Soufrière fût ainsi baptisée en raison des efforts qu'il faut faire pour parvenir à son sommet. Mais non, en révisant mon orthographe, il aurait fallut deux « F » à son nom. Et les nombreuses fumerolles, ainsi que l'odeur d'oeuf pourri qui attise régulièrement mes narines confirment que de nombreuses émanations de soufre sont présentes.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0714_zps20e55ede.jpg

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0731_zps9ffdb65f.jpg

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0748_zpsbb498443.jpg

 

La dernière éruption date de 1976. Le volcan se repose tranquillement depuis, mais il reste actif. Un abri anti-éruption en béton est d'ailleurs solidement installé, proche de la Découverte. Au sommet, il fait encore beau, l'air est frais mais la montée nous a donné chaud. Les piques-niques sont sortis, les gens se baladent et déjeunent. Le temps commence à se couvrir. Il est l'heure d’entamer la descente. Plus rapide que la montée, on rebrousse chemin (d'autres sentiers peuvent être empruntés). Au détour d'un virage, la Savane aux Mulets. Encore un petit effort, et les Bains Jaunes nous accueillent et nous réconfortent des efforts fournis.

 

 

Petit conseil pratique, qui va de soit, mais bon, les vacanciers n'ont pas toujours le choix : prévoyez une journée bien ensoleillée, où la Soufrière est dégagée (cette webcam film le sommet, le cliché est actualisé toutes les 5 min). Si le temps est couvert, vous ne verrez absolument rien du paysage prit au piège par les nuages. Il peut faire froid, la première fois que j'y suis allée, il a même grêlé ! Oui oui, c'est un conseil qui sent le vécu... ;)

 

© Nelly Massoud

Partager cet article
Repost0
12 mars 2013 2 12 /03 /mars /2013 22:14

L'air s'est bien rafraichit. A 950m d'altitude, c'est le parking. On laisse la voiture aux Bains Jaunes. Les Bains Jaunes... Je vous les raconte à défaut de vous les montrer, parce que j'en ai profité à défaut de les avoir photographiés ! Un bassin est aménagé afin d'accueillir les sources d'eau réchauffées par l'activité volcanique. L'eau y est tiède (26° d'après le site du Parc National. Rapprochez-vous des cailloux, à gauche, la température augmente un peu !), et c'est un véritable bonheur après une journée de randonnée !

Cette randonnée qui commence donc au pied des Bains Jaunes. On les regarde, envieux, en se disant qu'il y aura un réconfort immédiat après l'effort. Puis la montée commence, sur le sentier baptisé le Pas du Roy. Il faut compter une bonne ½ heure de marche, dans un décor enchanteur à l'ombre des grands arbres de cette forêt humide avant d’atteindre les 1142m d'altitude de la Savane à Mulets. C'est le premier tête à tête avec la « vieille dame ».

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0601_zps638f8d42.jpg

 

Pas de nuages, le dôme est dégagé, nous avons bien choisi notre journée ! Un grand parking goudronné nous nargue. L’accès en voiture y est à priori impossible dû à divers éboulements, (cette fois d'après notre cher Wiki), mais un véhicule y est pourtant garé... On s'apercevra au fur et à mesure de la rando que l'herbe a été fraichement coupée, la voiture était peut-être celle du jardinier ? Allez, 1h30 de marche, et on est au sommet ! Les degrés de difficultés varient. Quelques belles et éprouvantes montées laissent la place à une trace assez plate, afin de se reposer et de contempler le panorama. Le ciel étant bien dégagé, la mer et le ciel s'entremêlent, et l'horizon dessine le contour des Saintes.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0622_zpseaf3109c.jpg

 

A chaque flan du volcan un nouveau panorama. Tantôt la commune de Baillif, puis la chaîne de montagne de la Basse-Terre.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0649_zpsc8a2549a.jpg

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0675_zpsdf79b794.jpg

 

La végétation est remarquable, quelques espèces sont endémiques à la Soufrière. On y voit de la mousse orangée sur les flancs des failles, des ananas sauvages (non comestibles) et ce genre de petites fleurs dont j'ai apprécié le dégradé des feuilles (je n'ai pas réussi à dénicher le nom, n'hésitez pas à m'éclairer!).

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0657_zps40669808.jpg

 

Le sommet approche. Ou plutôt, nous nous approchons du sommet. Les 15 dernières minutes sont les plus raides, on fait parfois plus d'escalade que de randonnée, et pour continuer à motiver les marcheurs, le ciel laisse entrevoir l'Est de la Basse-Terre, et même une partie de la Grande-Terre !

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0695_zps5eab4baa.jpg

 

 

 

Cliquer ici pour voir les images du sommet.

 

 

 

© Nelly Massoud

Partager cet article
Repost0
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 20:57

 

Comme vous avez pu le lire précédemment (ici), nous étions déjà allés à l'Anse Dupuy avec des amis. Ces derniers y avaient découvert un spot de PMT (palmes/masque/tuba) fort sympathique.

 

J'avoue. Au départ, j'étais peu convaincue. Nous laissons « les hommes » y aller en premier mais voilà qu'à peine à une vingtaines de mètres de la côte, ces derniers nous font de grands signes. Le temps de chausser les palmes, de cracher dans mon masque (oui, oui ! Pour les non-connaisseurs, ça évite la buée, tuyau supplémentaire : si vous achetez un masque, recouvrez les verres face interne avec du dentifrice, c'est radical, et indispensable pour parer à la buée !) et me voilà à l'eau.

 

Dans les premiers mètres, j'aperçois une murène, des petits crabes. Le fond est surtout parsemé de grosses roches volcaniques colonisées par quelques gorgones et autres coraux.

 

Tout d'un coup, une masse sombre, quelques points qui brillent, véritables étincelles dans un océan bleu.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0141-2_zpsdb7e8b5d.jpg

 

Il faut se rapprocher pour en avoir le cœur net. C'est bien ça. Une énorme boule de poisson. Des sardines, par milliers, par millions. Je vois les premières, proches, qui fuient à mon arrivée. Les suivantes, un peu plus loin, suivent le mouvement. Il y en a encore après, et après... on ne voit plus que ça !

C'est décidé, nous reviendrons. Avec tout l'équipement qu'il se doit !

 

Et nous voilà un mois plus tard, bouteilles sur le dos, appareil photo près à déclencher. Mais les sardines ne sont plus là. Nous remontons à la surface histoire de partager notre désarrois, et cela nous permet d'apercevoir, un peu plus sur la droite, à une centaine de mètres de là où nous recherchons avidement ce fameux banc de poissons, un pélican piquant du bec dans l'eau afin de chasser... C'est par là bas que ça se passe. 

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0513_zpsd0e1ea7e.jpg

 

On palme à la surface, le bloc sur le dos, et au moment opportun, nous entamons tranquillement la descente. Les sardines se situent entre 3 et 7 mètres de la surface, et nous ne descendrons pas plus profondément.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0508_zps18bc987f.jpg

 

Le banc se forme et se déforme au rythme de ses éventuels prédateurs. Et des prédateurs, il y en a ! Entre les pêcheurs, les barracudas et les pélicans qui plongent pour se ravitailler... les sardines s'affolent et se protègent en modifiant leurs trajectoires, de manière très organisée.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0504_zps789c2bda.jpg

 

 

En tant que plongeurs, photographes qui plus est, nous ne sommes pas des prédateurs... mais les sardines ne le savent pas, et les bulles produites par nos respirations les affolent. Un peu de patience, un peu d'apnée (statique, hein, sinon interdit en plongée bouteille!), les bulles disparaissent et les sardines se rapprochent, nous ignorant royalement, pour notre plus grand bonheur !

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0476_zps1be10feb.jpg

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/IMG_2982_zps853807de.jpg

 

 

On reprend souvent la citation du philosophe chinois Confucius : «  Une image vaut mille mots »... La vidéo fût inventée plus de 2000 ans plus tard, mais que vaut une image lorsqu'on peut en avoir 24 par seconde, pendant un peu moins d'une minute ?

 

 

 


 
Va falloir que je me mette au montage moi!

 

 

 

Je réitère mes remerciements à Fred de PPK Plongée à Malendure pour nous avoir permis de réaliser ses clichés en nous fournissant le matériel de plongée !

 

© Nelly Massoud

Partager cet article
Repost0
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 16:52

Il y a de cela un peu plus d'un mois, un charmant couple rencontré au tout début de notre séjour en Guadeloupe et partageant notre passion pour les fonds marins, tenait absolument à nous faire découvrir l'Anse Dupuy avant leur retour en métropole.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0236_zps851bb5f0.jpg

 

Cette petite plage du sud de Basse-Terre est peu fréquentée. Quelques bateaux aux mouillages, quelques pêcheurs, quelques pélicans.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0216-2_zpsd2521a20.jpg

 

Après les premiers coups de palmes, une belle et impressionnante surprise était au rendez-vous. Cliquez ici pour voir les images !

 

Nous avions donc décidé, si cela était possible, d'y retourner muni de l'attirail du parfait plongeur, ainsi que des appareils photos protégés de l'eau à l'intérieur de leurs caissons étanches.

 

La pleine lune éclairant largement, nous voilà partis pour 24h de bivouac avec une tente pour la nuit et du tazar mariné pour le barbecue ! De quoi plonger, de quoi dormir, de quoi photographier, de quoi boire et manger... : le coffre de la voiture était plein à craquer !

 

Après une première session bouteille en fin d'après-midi, le soleil se couche paisiblement, nous laissant la lune, la marina éclairée en continue, et le feu crépitant du barbecue comme uniques sources de lumière.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/_DSC0314-1_zps9d8e1470.jpg

 

Après une nuit paisible (modulo les attaques de moustiques... faut remettre la carte postale à sa place!), nous sommes repartis à l'eau, puis, tranquillement, sommes rentrés à la maison des images pleins la tête (et les cartes mémoires !).

 

Un grand merci à Nath et Sep pour nous avoir fait découvrir ce spot.

Un grand merci à Colline pour sa compagnie.

Un GRAND merci à Fred de PPK Plongée pour le matos !

 

Cliquez ici pour voir les photos sous-marines de l'Anse Dupuy.

 

© Nelly Massoud

Partager cet article
Repost0
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 22:25

A 15 km au sud-est de Basse-Terre, l'archipel des Saintes se compose de sept îles. Deux d'entres elles sont habitées : Terre-de-Haut et Terre-de-Bas. Terre-de-Bas, réputée plus sauvage, est souvent délaissée par les visiteurs qui préfèrent consacrer une journée à sa grande soeur. Je ne fais pas exception. Je suis allée 3 fois aux Saintes, et je n'ai pourtant toujours pas foulé le sable de Terre-de-Bas...

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0133_zps7faca9b3.jpg

 

Arrivée à Trois-Rivière, ville d'où partent la plupart des navettes à destination de l'archipel, le contour des îles se dessine. A bord du bateau, à peine se rapproche-t'on de la destination que les hauts-parleurs nous annoncent que nous accosterons dans la 3ème plus belle baie du monde. D'après quels critères, quels journalistes... ? L'histoire (les hauts-parleurs) ni Google ne le précisent. Peut-être un peu de chauvinisme, mais personne ne leur en voudra, le bateau est amarré et les voyageurs sont déjà emballés.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0131-2_zps539f925f.jpg

 

Tout comme les plaisanciers. Le nombre de bateaux qui mouillent sur la baie impressionne, et jalouse... quels veinards ! Une multitude d'embarcations. Des voiles, des moteurs, des pagaies, des petits bateaux, des grands, et des énormes !

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0181-2_zps2e91ec38.jpg

 

A quai, de charmantes antillaises proposent à la vente la spécialité locale : les tourments d'amours. Une pâtisserie aromatisée coco, banane, ananas ou goyave qui s’apparente aux gâteaux Basques ou Breton. D'ailleurs, les Saintois descendent en grande partie de pêcheurs d’origine Bretonne qui colonisèrent l'archipel de générations en générations. Des petites boutiques de souvenirs, des locations de scooter, des propositions d'excursion en mini-bus... Jusque là, j'ai toujours choisi de parcourir l'île à pied.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0179_zps98a1dbf3.jpg

 

Direction le fort Napoléon, comme la plupart des passagers, car ce dernier ne se visite qu'en matinée. Transformé en musée, la visite permet d'admirer la fameuse 3ème plus belle baie du monde depuis un point de vue élevé, d'en apprendre un peu plus sur le passé de l'archipel (lié à la Seconde Guerre mondiale et aux guerre franco-anglaises) et de croiser des iguanes installés nonchalamment à l'ombre des arbres.

 

En redescendant du fort, deux choix décisifs doivent être pris : où manger ? Sur quelle plage aller se baigner ? Pour le ravitaillement, le choix est large du petit snack au restaurant (quasi) gastronomique. Il y en a pour tous les goûts, les envies et les budgets. Pour faire un plouf ou lézarder sur la plage, le choix est également vaste. Malgré la petitesse de l'île, une dizaine de plages sont indiquées sur la carte. Petites criques ou grande langues de sable, l'eau y est dans tous les cas cristalline. La dernière fois, c'est la plage du Pain de Sucre qui fût désignée à l’unanimité. Autant vous dire que nous n'avons pas regretté !

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0202_zps2ce5c08e.jpg

 

© Nelly Massoud

Partager cet article
Repost0
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 18:37

Le jour du mardi gras, le temps n'était pas au beau fixe sur une grande partie de la Guadeloupe. Je suppose que de nombreuses personnes qui auraient aimées assister aux défilés se sont découragées à cause de la pluie qui battait son plein. Entre nuages et éclaircies, à peines quelques gouttes sont tombées sur Basse Terre. Et malgré le temps lunatique des tropiques, la place de la mairie s'agitait également entre deux défilés.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0217-2_zpsfd6c22bd.jpg

 

De la même manière que les acteurs du carnaval, la plupart des spectateurs étaient sur leur 31.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0166_zps92dd1906.jpg

 

Petits et grands contemplaient attentivement les parades, assis confortablement sur les chaises de camping ramenées pour l'occasion, ou encore depuis leur balcons.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0248-2_zps5fdca192.jpg

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0147_zps306a79d0.jpg

 

 

Entre deux défilés, la rue se transformait en un véritable terrain de jeu pour les enfants.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0102-2_zps9c78fa84.jpg

 

Cliquer ici et ici pour voir les autres images du Carnaval.

 

© Nelly Massoud

Partager cet article
Repost0
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 18:18

Pour plus d'informations sur les symboliques du carnaval en Guadeloupe, je vous laisse faire vos propres recherches, préférant ne pas m'avancer sur une culture que je connais assez peu au final. Je peux par contre affirmer que le carnaval, au temps de l'esclavage, constituait pour les esclaves noirs un certain exutoire. Ils avaient alors la possibilité de se mettre en scène, eux et leur maîtres, et même de ce moquer de ces derniers en toute impunité. Peut-être est-ce la raison pour laquelle ce groupe se recouvre de peinture blanche et se part de fouet et d'encens... ?

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0040-2_zpsa3bd6c7a.jpg

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0022-2-2_zps3d6e7a09.jpg

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0021-2_zps424234d8.jpg

 

D'autres groupes choisissent de parodier la mort. Pour reprendre une citation de L.V. Thomas lu sur ce site http://www.karaibes.com/carnaval.htm : « Il existe trois manières de dépasser la mort : on peut la nier, la sublimer ou l'exorciser ». Vu le nombre de masques aux visages mortuaires qu'arboraient certains groupes, j'en déduis que le carnaval est (ou était) également un moyen d'exorciser la mort.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0118-2_zpsbe3a0e71.jpg

 

La bonne humeur se propage, les musiques et autres costumes laisseront aux spectateurs des souvenirs emprunts de magie.

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0092-2_zps8562036a.jpg

 

http://i1182.photobucket.com/albums/x449/Miss_Nelly_M/Guadeloupe/_DSC0260-2_zps69c82132.jpg

 

 

 

Cliquer ici et ici pour voir les autres images du Carnaval.

 

 

© Nelly Massoud

Partager cet article
Repost0